DerniÚre minute Les News Politique Société

🚹”URGENCE DE LA PENSÉE”🚹 : DE LA NÉCESSITÉ D’UNE RÉVOLUTION PAR LA COMPÉTENCE ET NON PAR LA VIOLENCE…


Par Franck Ghislain ONGUENE, Jeune africain

Avant toute chose, je tiens Ă  fĂ©liciter la jeunesse camerounaise qui dans son immense et Ă©crasante majoritĂ© a dĂ©cidĂ© de faire le choix de la paix et non de la destruction d’un État en construction. C’est la preuve que les jeunes prennent de plus en plus conscience des rĂ©alitĂ©s qui sont les leurs et ne sont plus les “moutons” qu’ils furent par le passĂ©. Je voudrais aussi adresser ma sympathie Ă  ceux qui malgrĂ© tout, ont bravĂ© les interdictions pour se faire entendre. Les revendications qui sont les leurs sont justifiĂ©es, mĂȘme si le cadre d’expression n’Ă©tait forcĂ©ment pas le plus adĂ©quat. Mais quoi qu’il arrive, ce sont des jeunes camerounais donc des frĂšres. Nul ne saurait ignorer que le Cameroun a mal Ă  sa gouvernance. En effet, nous sommes l’un des rares pays au monde capables de former une bonne dizaine de gouvernements juste avec les Ministres et les hauts cadres administratifs qui se trouvent dans nos prisons actuellement. Cependant, peut-on rĂ©soudre un problĂšme systĂ©mique et aussi profond avec des marches et des “Chassements” spontanĂ©s ?

LA RUE EST UNE OPTION, MAIS EST-ELLE RÉELLEMENT LA BONNE ?

Au nom du sacro-saint principe donnant la latitude aux peuples de disposer d’eux-mĂȘmes, nul ne saurait museler un peuple lorsqu’il a des choses Ă  dire. C’est pour cela, que la rue est une option. Bien des fois, elle a rĂ©volutionnĂ©, elle a changĂ©, elle a chassĂ©, elle a imposĂ©, elle a dĂ©truit, mais la question que les Africains devraient se poser aujourd’hui est celle de la postĂ©ritĂ©. En effet, aujourd’hui “chasser” un prĂ©sident n’est pas une fin en soi, sinon la Libye serait aujourd’hui un Ăźlot de paix, quid du Burkina Faso, de la Tunisie, de l’AlgĂ©rie, etc. Dans la plupart de ces pays, le dirigeant est parti, mais le systĂšme perdure. En Lybie, c’est encore pire, il n’y a rĂ©ellement plus d’Etats. Je vous vois me dire, oui FGO, mais en Afrique du Sud ça a pourtant marchĂ©… Alors je vous rĂ©pondrai que les sud-africains n’ont pas combattu bĂȘtement un dirigeant mais tout un systĂšme et pendant le combat ils ont savamment prĂ©parĂ© l’aprĂšs-apartheid en PENSANT tout un nouveau modĂšle de gouvernance au sein de l’ANC. C’est pourquoi MANDELA n’avait pas besoin de s’Ă©terniser au pouvoir et jusqu’Ă  ce jour c’est ce systĂšme qui est en vigueur au pays arc-en-ciel.

SI LA VIOLENCE NE SEMBLE DONC PAS JUDICIEUSE, QUELLE RÉVOLUTION CONVIENDRAIT AUX AFRICAINS ?

Vu qu’il n’y a pas de crĂ©ation ex-nihilo, alors nous devons simplement s’inspirer de ceux qui sont partis d’oĂč nous sommes aujourd’hui pour ĂȘtre mieux que nous. En effet les meilleures rĂ©volutions au monde sont culturelles, intellectuelles, techniques et industrielles. Quand on regarde aujourd’hui les pays baptisĂ©s “Dragons d’Asie”, ils ont presque tous, la particularitĂ© d’ĂȘtre aujourd’hui considĂ©rĂ©s comme des modĂšles de dĂ©veloppement parcequ’ils ont axĂ© leur rĂ©ussite sur une RÉVOLUTION DE LA PENSÉE. La Chine, le Japon, la CorĂ©e, la Malaisie, Singapour et plus loin dans le Golfe Persique, les Emirates Arabes Unis, le Qatar, le BrĂ©sil en AmĂ©rique du Sud ont tous un point en commun des intellectuels formĂ©s, la diaspora formĂ©e ont dĂ©cidĂ© de mettre leurs compĂ©tences au service du dĂ©veloppement mental et intellectuel du peuple, ceci en formant leur jeunesse, en rĂ©volutionnant les mentalitĂ©s des jeunes gĂ©nĂ©rations afin que quand leur heure viendra, qu’ils ne commettent pas les erreurs de leurs parents ou de leurs grands parents. Cela s’appelle le dĂ©veloppement durable… LĂ©guer un hĂ©ritage du savoir et du savoir faire pour assurer la survie et la domination des gĂ©nĂ©rations futures… VoilĂ  ce dont la jeunesse africaine a besoin. Hier lors de la marche de NDOKOTI, j’ai vu plein de Camerounais qui ne semblaient mĂȘme savoir pourquoi ils Ă©taient lĂ , ils scandaient le nom de deux individus qui appartiennent au mĂȘme systĂšme (vu que l’Ă©pouse de l’un est une des hauts cadres de l’autre) et ils ne semblaient mĂȘme pas savoir ce qu’ils feraient le lendemain si leur “leader” rĂ©ussissait rĂ©ellement son opĂ©ration de “Chassement” spontanĂ©. Ce qui est dĂ©plorable et anormal…

CONCRÈTEMENT, TA RÉVOLUTION INTELLECTUELLE LÀ, ELLE CONSISTE EN QUOI ?

Comme je l’ai mentionnĂ© plus haut, la rĂ©volution par la rue donne au peuple l’occasion de s’exprimer spontanĂ©ment avec une suite de mots pas toujours cohĂ©rents. On Ă©coute le peuple, mais on n’entend pas ce qu’il dit, or la rĂ©volution intellectuelle permet de transmettre le savoir et le savoir faire Ă  une gĂ©nĂ©ration qui le moment venu saura s’exprimer avec des arguments de compĂ©tence. En d’autres termes, je trouve malheureux que des intellectuels Camerounais d’un certain niveau utilisent la jeunesse comme de la chair Ă  canon pourtant, ils disposent d’un savoir et d’une illumination qui peuvent ĂȘtre transmis aux plus jeunes. Si tu as une compĂ©tence quel que soit le domaine, partage, transmets au lieu de vouloir utiliser cette intelligence pour te hisser au pouvoir au dĂ©triment de ces hommes et femmes qui ont dormi en cellule abandonnant bĂȘtement leurs enfants Ă  la maison. Je vous vois me demander comment transmettre le savoir et le savoir faire quand on n’est pas au pouvoir ? Je vous rĂ©pondrai qu’en publiant ce billet d’humeur, je partage avec vous le peu que j’ai pu apprendre Ă  L’ESSTIC, Ă  l’IRIC et que j’enseigne aujourd’hui aux Ă©tudiants de cycle Master de l’ESSTIC. Pourtant, je ne suis pas au pouvoir, je n’appartiens Ă  aucun parti politique et ce n’est pas prĂȘt d’arriver. Les nouvelles technologies nous offrent aujourd’hui la possibilitĂ© de communiquer notre savoir et notre savoir-faire afin d’inspirer les autres, faisons-en usage.

QUE RETENIR ALORS DE TOUT CECI ?

Le Cameroun va mal, ce n’est pas un pays parfait, notre systĂšme de gouvernance semble obsolĂšte et le PrĂ©sident de la RĂ©publique l’a lui mĂȘme dĂ©jĂ  mentionnĂ© dans de nombreux discours sur l’Ă©tat de la Nation. Nous, la jeunesse devons ĂȘtre prĂȘte Ă  tout moment, car nous reprĂ©sentons plus de 80% de la population de ce pays. Il est temps que des gens qui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© au pouvoir ou qui veulent goĂ»ter Ă  celui-ci ne nous utilisent plus pour assouvir leur libido personnelle. Nous avons la LOURDE ResponsabilitĂ© de bĂątir cette Nation et d’en faire une rĂ©fĂ©rence dans le Monde.
Pour y arriver nous devons nous former, nous devons Ă©tudier comment la jeunesse d’autres pays a rĂ©ussi leur dĂ©veloppement, nous devons nous cultiver et se prĂ©parer. Notre adversaire n’est pas un individu, mais nos propres mentalitĂ©s. Cessons de nous faire manipuler par des personnes qui ont dĂ©jĂ  vĂ©cu leur vie. Cher Jeune Camerounais de la Diaspora, tu as appris des choses lĂ -bas qui ne sont pas forcĂ©ment disponibles ici : partage et tu verras qu’ensemble, on bĂątira une Nation viable pour nos enfants et petits enfants et ensemble nous rĂ©aliserons cette rĂ©volution intellectuelle, celle d’une gĂ©nĂ©ration consciente…
@fgo237

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *