Dernière minute Economie Edito Les News Sport

LETTRE AU MINSEP : VOICI POURQUOI LE CAMEROUN DOIT CANDIDATER POUR L’ORGANISATION DE LA COUPE DU MONDE FÉMININE DE FOOTBALL 2023

Par Franck Ghislain ONGUENE, Expert consultant en Marketing du Sport

Monsieur le Ministre,

La FIFA a officiellement ouvert les candidatures en vue de l’organisation du mondial féminin de Football. Les associations membres auront jusqu’au 15 mars 2019 pour lui soumettre un formulaire de déclaration d’intérêt dûment rempli. Le 6 avril 2019 sera la date limite pour soumettre les dossiers d’inscription dûment remplis et près d’un an plus tard, en mars 2020, le Conseil de la FIFA devrait nommer le (s) hôte (s) de la Coupe du Monde féminine.

Je pense, Monsieur le Ministre, que Le CAMEROUN est l’un des rares pays d’Afrique capables d’abriter cet événement.

LA MOBILISATION ÉVÉNEMENTIELLE

Le Cameroun détient un record de mobilisation de 45.000 spectateurs lors d’au moins 5 matchs consécutifs de Football féminin en 2016 ce qui est très rare en Afrique et même dans le monde ; le pays a donc organisé cette année-là, LA MEILLEURE CAN féminine de l’histoire du Football africain ; ce qui lui a d’ailleurs valu un prix mondial en la matière à Cannes en France. Nous pouvons en effet faire mieux en vue d’une coupe du monde et nous positionner davantage comme le grand pays de football que nous avons toujours été.

lionnes Indomptables CAN2016

UN PARKING INFRASTRUCTUREL  DEJA DISPONIBLE:

Contrairement à la CAN 2016 ou même celle de 2021, le Cameroun n’aura pratiquement aucun effort à fournir en ce qui concerne les infrastructures sportives. Si ce n’est que, peut-être et de manière très optionnelle, la construction d’un stade omnisports dans la ville de Kribi, qui en effet dans la vision de développement du Chef de l’Etat est appelée à devenir le Hub économique et surtout la ville la plus futuriste du golfe de Guinée. La perspective d’un tel événement dans cette ville pourrait mobiliser des centaines de milliers de touristes, mais aussi de grands investisseurs internationaux.

 Qu’à cela ne tienne, en 2023 le CAMEROUN disposera déjà d’un parking infrastructurel d’au moins 34 enceintes de football toutes aux normes internationales dont 8 Stades de compétitions de dernière génération (MFANDENA, OLEMBE, JAPOMA, BEPANDA, KOUEKONG, TOCKET, LIMBE et GAROUA) allant de 20.000 à 60.000 places assises donc bien au-delà des exigences de FIFA en la matière.

Stade de Japoma, Douala février 2019

UNE PERSPECTIVE GÉOSTRATÉGIQUE

Le Cameroun est le carrefour économique de la sous-région Afrique Centrale. Le pays est un symbole d’intégration, d’hospitalité et de diversité d’où son surnom d’ « Afrique en miniature ». Il serait important en marge d’un tel événement, de se positionner dans le golfe de Guinée comme un point stratégique de développement économique à travers le sport et le football féminin en particulier.

Cameroun, Afrique en miniature

LE STORY TELLING

Le CAMEROUN est le symbole palpable d’une Afrique qui a fait du Football un facteur d’existence international et de prospérité. C’est en effet le deuxième pays le plus titré de l’histoire du Football africain. Le Cameroun a tellement donné au monde du football qu’il ne serait que logique que celui vienne à sa rencontre. La génération actuelle de l’équipe féminine de football du CAMEROUN est sans doute l’une des plus talentueuses de l’histoire de la discipline en Afrique. Elles évoluent pour la plupart dans les meilleurs clubs au monde et en équipe nationale, depuis plus de 6 années elles ont toujours été sur le podium continental ;  on y retrouve même une lauréate au prestigieux prix du  « Ballon d’Or » africain (ENGANAMOUIT 2015). Sur le plan mondial, le Cameroun est l’une des très rares nations africaines à avoir franchi le second tour d’une coupe du monde féminine.  

Première équipe camerounaise championne d’Afrique (1984)

Gabrielle Aboudi ONGUENE, Gaelle ENGANAMOUIT 

THINK GLOBAL ACT LOCAL !

Après les manquements constatés à l’évaluation en 2015 des Objectifs du Millénaire pour le Développement, l’Assemblée Générale des Nations Unies a mis sur pied les Objectifs de Développement Durable avec un accent particulier mis sur l’approche genre. En Afrique, le message de la parité et de la place de la femme dans le développement se heurte encore à des barrières traditionnelles et parfois religieuses qui tendent généralement à réduire la femme à un rang qui n’est pas le sien ! Le football étant donc la « religion unique » qui réunit tous les peuples africains, l’organisation d’un tel événement permettrait d’avoir un regard plus positif sur la condition de la footballeuse et partant de la femme africaine en vue de l’atteinte des ODD.

NE SOMMES-NOUS PAS DANS UNE DYNAMIQUE GOUVERNEMENTALE « DES GRANDES OPPORTUNITÉS » ?

LA COUPE DU MONDE FÉMININE DE FOOTBALL de 2023 est à mon sens une opportunité idoine à saisir dans une perspective de prospérité et de croissance économique. En effet tel qu’évoqué plus haut, en 2023, le Cameroun n’aura pas un grand effort infrastructurel et logistique à fournir d’autant plus que nous aurons déjà organisé les CAN féminines et masculines de 2016 et de 2021. 2023 sera donc l’opportunité idoine de jouir des retombés de croissance des précédents événements, mais surtout de booster le tourisme, d’attirer des investissements directs étrangers, mais surtout parachever notre processus de décentralisation à travers un transfert effectif de compétences aux Collectivités territoriales décentralisées. L’idée finale étant d’accélérer notre marche vers une émergence certaine.

Monsieur le Ministre, voici ainsi exposées les raisons qui selon moi, devront nous motiver à postuler pour l’organisation en Afrique et particulièrement au Cameroun, de la PREMIÈRE COUPE DU MONDE DE FOOTBALL FÉMININ.

@fgo237  #FIFAWomenWorldCup #Cameroun2023 #GreatOpportunities     

Trophée FIFA  Women World Cup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *