Dernière minute Edito Les grandes enquêtes

Lorsque les demi-vérités de Boris Bertolt se transforment en un vrai mensonge

Par la rédaction.

Le journaliste et activiste Boris Bertolt s’est depuis quelque temps transformé en premier lanceur d’alerte du Cameroun. Mêlant habilement militantisme et informations, il n’hésite pas à mettre en avant ses opinions et son agenda politique​ : déstabiliser le pouvoir du président Biya, quitte à faire quelques arrangements avec la vérité.

Peut-on sérieusement se parer des vertus de l’objectivité lorsque l’on se prétend journaliste et que l’on affiche son militantisme politique? C’est la question à laquelle devra répondre Boris Bertolt. Si nul ne nie ses capacités à recevoir les bonnes informations, sa manière de les ​ retranscrire suinte le manque d’objectivité. Et pour cause, Boris Bertolt est un soutien de candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2018, Maurice Kamto. Le “journaliste” n’a semble-t-il pas digéré la défaite de son candidat car sur le compte twitter de Boris Bertolt on peut y voir des messages comme celui-ci​ : “Monsieur le président élu KAMTO Maurice, de cet enfer tu reviendras en héros et nous te porterons en triomphe”. En terme d’objectivité, le journalisme a connu mieux.

Une information partielle pour un faux scandale autour du Port de Douala

La meilleure illustration de la manière dont Boris Bertolt procède a été fourni récemment lorsque le lanceur d’alerte s’est fendu d’un message sur les réseaux sociaux. Il a ainsi posté l’information selon laquelle les ports de Douala et de Kribi auraient signé un contrat avec une société de gardiennage pour un montant de 25 milliards de FCFA, en lieu et place d’un précédent contrat de 982 millions de Francs CFA Bertolt fait plus que simplement soulever la question de l’augmentation drastique du montant du contrat de deux ans de ce qu’il nomme “gardiennage”, mais il insinue clairement qu’une affaire de corruption se cache derrière ces nouveaux accords.
Les données fournies par Bertolt ne sont pas fausses, et c’est en cela que sa méthodologie est particulièrement pernicieuse. Il se contente de ne donner qu’une information tronquée afin de susciter un sentiment de révolte chez ses lecteurs, et de mettre en avant son opposition au gouvernement.

Une information complète mettant à jour la seule escroquerie de cette affaire: le militantisme de Boris Bertolt

Cependant, la situation autour des ports de Douala et de Kribi ne correspond nullement à du simple gardiennage.
Le Cameroun a entrepris une importante rénovation de ses structures portuaires en lien avec l’ouverture du nouveau port de Kribi. Ces gigantesques travaux étalés sur deux ans sont sans précédent, et il ne s’agit nullement d’un simple transfert de contrat avec une augmentation des marges. En effet, dans les nouvelles infrastructures, du matériel de sécurité high-tech sera installé, comprenant un arsenal de surveillance et de détection des éléments intrus. Des caméras, des capteurs laser, des détecteurs de mouvements laser, des radar, ainsi que des points à bascule et des scanners ultra-modernes. L’installation, la surveillance, la formation du personnel et le recrutement d’une force dédiée spéciale de 400 individus a pour but de permettre au Cameroun et à ses ports d’être en conformité avec les standards de sécurité internationaux.

Pourquoi Boris Bertolt n’a-t-il pas donné la totalité des informations? En étant en possession de l’intégralité des faits, il est possible de comprendre l’escroquerie et la malhonnêteté de Bertolt qui a mis son militantisme en faveur de Maurice Kamto avant son intégrité journalistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *