Dernière minute Edito Les News Politique

Politique: Paul BIYA n’est pas en colère contre MOTAZE !


Depuis la publication mensongère de Jeune Afrique sur le pouvoir de madame Chantal BIYA, une certaine presse s’est mise à la recherche du commanditaire de l’article et le bouc émissaire facile a été trouvé : Louis Paul MOTAZE.

La popularité de Motaze et sa fidélité au président sont mal digérés par certains cabinets noirs hostiles au Président de la République .Il est donc question de de tuer politiquement les véritables soutiens du PRÉSIDENT, pour le déstabiliser.
C’est la raison pour laquelle une certaine presse a donc décidé de présenter LPM comme le cerveau de la une de jeune Afrique. Or il n’en est rien. Il est établi que MARAFA AMIDOU YAYA est un ami intime de François Soudan, actuel directeur de rédaction du fameux magazine panafricaniste.
Par ailleurs, le traitement journalistique de la campagne présidentielle de 2018 au Cameroun par Jeune Afrique, a clairement dévoilé les accointances entre le MRC et la rédaction éponyme. Jeune Afrique est donc un allié du parti de MAURICE KAMTO. Selon le professeur OWONA NGUINI, l’idée ici est de montrer l’incapacité à gouverner du président BIYA. Ce qui ramènerait au scénario TUNISIEN ou ZIMBABWÉEN.il est bien difficile de dissocier la théorie de jeune Afrique, du rêve d’accéder au pouvoir du MRC par tous les moyens et comment peut-on imaginer MOTAZE dans ce projet funestement élaboré par une meute de l’ombre contre le Président de la République. Les commanditaires de l’article de Jeune Afrique sont connus et avancent à visage découvert. MOTAZE ne saurait commettre un parricide en s’attaquant à son Père. Les affabulations de cette presse dont le mode opératoire n’est pas très différent de jeune Afrique sont à jeter dans la poubelle.
MOTAZE est un serviteur fidèle depuis des lustres du Président BIYA. Son loyalisme au chef de l’État dérange ceux-là qui de près ou de loin du PRÉSIDENT de la république qui veulent quitter le tabouret pour s’asseoir sur le fauteuil. Lui il est un serviteur et le démontre au quotidien.la démonstration de force lors de la campagne électorale à Sangmélima est restée dans les esprits. C’est bien ce meeting de Sangmélima qui a réellement relancé la campagne du candidat président. PAUL BIYA n’est pas en colère contre MOTAZE, c’est une vue de l’esprit construite par les esprits bas en manque de repère qui feraient pousser les cheveux sur une vieille calvitie.
L’impatience de certains à s’asseoir sur le fauteuil présidentiel, les conduit à voir des adversaires partout. On se croirait dans le film de « le crocodile de Botswanga. MOTAZE est qu’au service de PAUL BIYA, toute colère annoncée par certains contre le MINFI relève de la fiction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *